Le bâtiment scientifique

Le bâtiment scientifique

Vue de l'internat fille

Vue de l'internat fille

L'option théâtre

L'option théâtre

Le CDI

Le CDI

Le gymnase

Le gymnase

Le bâtiment des CPGE

Le bâtiment des CPGE

Previous Next Play Pause
1 2 3 4 5 6

Le Lycée Pothier est l’un des plus anciens de France.

Le lycée Pothier - rue Jeanne d'Arc

En 1609, la compagnie de Jésus s’installe à Orléans et en 1617 les Jésuites ouvrent un collège de six classes.

En 1763, après leur départ effectif, Louis XV autorise Orléans à garder son collège en raison de son importance et des services rendus à la région.

L’établissement prospère à la fin du XVIIIème siècle, accueillant jusqu’à 260 élèves.

 

Maurice Genevoix

En 1803, le consulat donne au collège sa forme de lycée qui sera fréquenté par quelques 500 garçons.

En 1879, la Troisième République renforce la Classe Préparatoire aux Grandes Écoles scientifiques : le lycée accroît sa réputation ; de 1840 à 1960, il devient une pépinière de talents pour les lettres, les arts et les sciences.

Il forme quelques-uns des plus grands hommes de France, parmi lesquels on peut citer : Charles Péguy, Maurice Genevoix , Jean Zay, Jacques Lacarrière…

Enfin, en 1924 le lycée de garçons reçoit un nom : celui du grand juriste orléanais du XVIIIème siècle : Robert-Joseph Pothier.

 

 

De nos jours

Désormais appelé « Lycée Pothier », « Le vieux bahut » de la rue Jeanne d’Arc situé en plein centre ville, ne correspond plus, après la Seconde guerre mondiale, aux exigences de la scolarisation croissante.

En 1962, le lycée se transplante sur son espace actuel et acquiert le statut de lycée d’État. Solidement « garçonnier » depuis près de quatre siècles, il s’ouvre à la mixité au point que les jeunes filles représentent 54% des élèves dans les années 80. Il devient un des pôles de préparation aux grandes écoles littéraires, scientifiques et commerciales les plus complets et les plus importants en France.

Le lycée est ainsi préparé à relever les défis du XXIème siècle tout en restant fidèle à sa vocation décrite dans le discours d’inauguration de 1804 : « Être un temple consacré à toutes les muses où la population studieuse trouve les sources d’une instruction abondante et diverse… ».

Robert Pothier (1699 - 1772)

Né à Orléans en 1699 dans une famille aisée de magistrats, Robert-Joseph Pothier fait ses études secondaires au collège de Jésuites d'Orléans. En 1715, à seize ans, il entreprend des études de droit à l'université d'Orléans où il obtient sa licence en 1718. A vingt-et-un ans, nommé conseiller du roi, il est juge magistrat au bailliage et siège présidial d'Orléans. En 1750, avec l'appui du chancelier d'Aguesseau avec lequel il entretient une correspondance suivie, il est nommé par Louis XV professeur de droit français à l'université d'Orléans. Il mène alors une double carrière de professeur et de magistrat, alliant ainsi la théorie avec la pratique.

 

Il s'attache d'abord à l'étude du droit romain, puis à celle du droit français. Rajeunissant la science du droit romain, il publie à partir de 1748 une réédition des "Pandectes", c'est-à-dire la Digeste de l'empereur Justinien. En 1749, il commente pour ses étudiants la coutume de sa région natale publiée sous le nom de " Coutumes des duché, bailliage et prévôté d'Orléans", puis en comparant les coutumes françaises les unes aux autres, il établit un lien entre le droit écrit des pays de langue d'oc et le droit coutumier des pays de langue d'oïl, jetant les bases d'une future législation nationale. En 1761, dans son "Traité des obligations", il fonde une théorie générale du droit civil, considérée comme une morale autant qu'un ensemble de règles à respecter. Connu à Orléans pour sa charité chrétienne, Pothier s'oppose à l'usage de la torture, mode d'interrogation encore employé au XVIIIème siècle, car, dit-il, "la torture interroge et la douleur répond". Homme des Lumières, il est un précurseur du code civil napoléonien dont les auteurs ont utilisé ses écrits pour la rédaction de 1000 des 2231 articles. Par sa lutte contre l'arbitraire, il prépare ainsi l’œuvre de la Révolution française et l'avènement d'un État fondé sur le droit.

Aussi, n'est-il pas étonnant que son nom soit donné au lycée de sa ville quand, dans les années 1920, l' "esprit de Genève" laisse espérer une paix internationale bâtie sur le droit.

L'histoire du lycée ...

Standard : 02 38 79 56 00
Vie scolaire CPGE : 02 38 79 56 07
Vie scolaire 2nd cycle : 02 38 79 56 08 ou 09
Proviseur : 02 38 81 74 56
Intendance : 02 38 79 56 40
Proviseurs adjoints : 02 38 79 56 47
2 rue Marcel Proust, 45044 ORLEANS CEDEX1

Back to top