Please wait while JT SlideShow is loading images...
Le bâtiment scientifiqueVue de l'internat filleL'option théâtreLe CDILe gymnaseLe bâtiment des CPGE
Accueil Le lycée Un peu d'histoire Histoire du lycee
HIstoire du lycée

Le Lycée Pothier est l’un des plus anciens de France.

Le lycée Pothier - rue Jeanne d'Arc

En 1609, la compagnie de Jésus s’installe à Orléans et en 1617 les Jésuites ouvrent un collège de six classes.

En 1763, après leur départ effectif, Louis XV autorise Orléans à garder son collège en raison de son importance et des services rendus à la région.

L’établissement prospère à la fin du XVIIIème siècle, accueillant jusqu’à 260 élèves.

 

Maurice Genevoix

En 1803, le consulat donne au collège sa forme de lycée qui sera fréquenté par quelques 500 garçons.

En 1879, la Troisième République renforce la Classe Préparatoire aux Grandes Écoles scientifiques : le lycée accroît sa réputation ; de 1840 à 1960, il devient une pépinière de talents pour les lettres, les arts et les sciences.

Il forme quelques-uns des plus grands hommes de France, parmi lesquels on peut citer : Charles Péguy, Maurice Genevoix , Jean Zay, Jacques Lacarrière…

Enfin, en 1924 le lycée de garçons reçoit un nom : celui du grand juriste orléanais du XVIIIème siècle : Robert-Joseph Pothier.

De nos jours :

Désormais appelé « Lycée Pothier », « Le vieux bahut » de la rue Jeanne d’Arc situé en plein centre ville, ne correspond plus, après la Seconde guerre mondiale, aux exigences de la scolarisation croissante.

En 1962, le lycée se transplante sur son espace actuel et acquiert le statut de lycée d’État. Solidement « garçonnier » depuis près de quatre siècles, il s’ouvre à la mixité au point que les jeunes filles représentent 54% des élèves dans les années 80. Il devient un des pôles de préparation aux grandes écoles littéraires, scientifiques et commerciales les plus complets et les plus importants en France.

Le lycée est ainsi préparé à relever les défis du XXIème siècle tout en restant fidèle à sa vocation décrite dans le discours d’inauguration de 1804 : « Être un temple consacré à toutes les muses où la population studieuse trouve les sources d’une instruction abondante et diverse… ».