Please wait while JT SlideShow is loading images...
Le bâtiment scientifiqueVue de l'internat filleL'option théâtreLe CDILe gymnaseLe bâtiment des CPGE
Accueil Le lycée Un peu d'histoire
Qui était Pothier ?
Robert Pothier (1699 - 1772)

Né à Orléans en 1699 dans une famille aisée de magistrats, Robert-Joseph Pothier fait ses études secondaires au collège de Jésuites d'Orléans. En 1715, à seize ans, il entreprend des études de droit à l'université d'Orléans où il obtient sa licence en 1718. A vingt-et-un ans, nommé conseiller du roi, il est juge magistrat au bailliage et siège présidial d'Orléans. En 1750, avec l'appui du chancelier d'Aguesseau avec lequel il entretient une correspondance suivie, il est nommé par Louis XV professeur de droit français à l'université d'Orléans. Il mène alors une double carrière de professeur et de magistrat, alliant ainsi la théorie avec la pratique.

 






Il s'attache d'abord à l'étude du droit romain, puis à celle du droit français. Rajeunissant la science du droit romain, il publie à partir de 1748 une réédition des "Pandectes", c'est-à-dire la Digeste de l'empereur Justinien. En 1749, il commente pour ses étudiants la coutume de sa région natale publiée sous le nom de " Coutumes des duché, bailliage et prévôté d'Orléans", puis en comparant les coutumes françaises les unes aux autres, il établit un lien entre le droit écrit des pays de langue d'oc et le droit coutumier des pays de langue d'oïl, jetant les bases d'une future législation nationale. En 1761, dans son "Traité des obligations", il fonde une théorie générale du droit civil, considérée comme une morale autant qu'un ensemble de règles à respecter. Connu à Orléans pour sa charité chrétienne, Pothier s'oppose à l'usage de la torture, mode d'interrogation encore employé au XVIIIème siècle, car, dit-il, "la torture interroge et la douleur répond". Homme des Lumières, il est un précurseur du code civil napoléonien dont les auteurs ont utilisé ses écrits pour la rédaction de 1000 des 2231 articles. Par sa lutte contre l'arbitraire, il prépare ainsi l’œuvre de la Révolution française et l'avènement d'un État fondé sur le droit.

Aussi, n'est-il pas étonnant que son nom soit donné au lycée de sa ville quand, dans les années 1920, l' "esprit de Genève" laisse espérer une paix internationale bâtie sur le droit.

L'histoire du lycée ...